Les enfants

Cher petit maître, voici pour toi quelques règles importantes pour une bonne entente entre toi et les chiens.

- Ne me dérange pas quand je dors.
- Ne me dérange pas quand je mange.
- Ne mets pas ton visage trop près du mien.
- Ne m’excite pas par des gestes violents et des cris de voix aigüs.
- Ne lève pas ta main en l’air, parce que je sauterais pour l’attraper.
- Ne touche JAMAIS un chien inconnu, laisse lui flairer le dos de ta main « APRÈS » avoir demandé à son maître.
- Parle-moi d’une voix douce.
- Respecte-moi comme un chien.

Les parents

Un des points essentiels de l’éducation familiale est qu’elle peut se faire à tout moment de la journée… ou presque ! En effet, il faut que le chien soit » disponible » Il faut qu’il soit réceptif aux informations que vous allez lui donner. Si vous décidez par exemple de le sortir pour lui apprendre la marche en laisse, n’interrompez pas sa sieste, ni la vôtre. Il faut que vous le sentiez » ouvert « , à l’aise, ce sera le cas d’un chien qui porte la tête haute, les oreilles dressées, la queue horizontale et qui sera content d’apprendre quelque chose de vous. Si votre animal est en position de soumission, s’il » fait la tête « , reportez de quelques instants la » leçon » ou remettez-le en confiance.

Commencez l’éducation tout de suite. Les maîtres ont souvent peur d’embêter leur chiot dès les premiers jours, laissant alors le chien faire ce qu’il veut. Puis le jour « J » est arrivé, ils changent de comportement et posent toutes sortes d’interdictions. Le chien est perdu et ne comprend pas cette nouvelle situation. L’éducation doit débuter le jour de l’acquisition de l’animal, le chiot, dès son arrivée à la maison, va se construire des repères.

Il est intéressant de bien les connaître, car leur stabilité est essentielle pour la réussite de l’éducation et pour l’équilibre de votre chien. Ils sont au nombre de quatre : le territoire, le maître (et son entourage), les inconnus, les autres animaux. Vous modifierez ces repères le moins possible.

La propreté

À faire :

- Envisager rapidement de lui faire faire ses besoins dehors.
- Sortir le chiot après chaque repas, sieste ou séance de jeu.
- Lui donner ses repas à heures fixes.
- Le récompenser abondamment.
- Sortir toujours au même endroit.
- Supprimer l’eau la nuit.
- Ramasser les déjections qu’il a faites dans la rue.

À ne pas faire :

- Consacrer une grande surface aux besoins.
- Sortir le chiot sur le balcon ou dans le jardin.
- Le punir « en différé » ou lui mettre le nez dedans en cas d’accident.
- Nettoyer devant lui.

La solitude

À faire :

- L’habituer le plus rapidement possible à des absences très courtes.
- Prévenir les voisins d’éventuels hurlements.
- « Ignorer » le chiot quelques instants au départ et au retour.
- Sortir le chiot pour ses besoins un peu avant de le quitter.
- Partir pendant qu’il vous voit.

À ne pas faire :

- Prendre un congé pour s’occuper du chiot.
- Donner des signes de votre départ.
- Câliner le chiot avant le départ.
- L’enfermer dans une pièce.
- Partir en cachette.

Le repas

À faire :

- Donner un couvert personnel au chiot.
- Faire manger le chien après ses maîtres.
- Enlever la gamelle au bout d’un quart d’heure.
- Ne pas modifier le menu.
- Calculer la ration selon le poids.

À ne pas faire :

- Lui donner vos plats à lécher.
- Lui donner des petits bouts de nourriture pendant vos repas.
- Le laisser libre de manger quand il veut.
- Céder a ses caprices.
- Le regarder manger.
- Accepter qu’il vous empêche de toucher à sa gamelle en dehors des repas.

La marche en laisse

À faire :

- L’habituer au collier et à la laisse à la maison.
- Sortir dans des rues calmes.
- Faire toujours marcher le chien à votre gauche.
- Tenir la laisse souple pour pouvoir tirer dessus quand il n’écoute pas.

À ne pas faire :

- Lui faire mal en tirant sur la laisse.
- Lui faire peur avec les voitures.
- Le laisser marcher entre vos jambes.
- Tendre la laisse et tirer dessus sans cesse.

Suivez-nous